Bonnes pratiques

L’appel à candidatures initié par le Club Acteurs de la Prévention sous le nom « Mon Territoire de Prévention » se veut un catalyseur de « bonnes pratiques », avec l’ambition de promouvoir et de déployer sur d’autres territoires, des initiatives locales qui ont fait leurs preuves et ont permis de transformer positivement des situations parfois désespérées.

Pour illustrer la démarche de « Mon Territoire de Prévention », le Club Acteurs de la Prévention met en exergue trois actions, considérées comme des « bonnes pratiques », s’inscrivant dans les thématiques de l’appel à candidatures :


Sur la thématique du dépistage : 

Le MarSOINS est un projet porté par l’association A vos soins, basée à Saint-Nazaire. Projet d’innovation sociale, il s’inscrit dans une démarche de réduction des inégalités d’accès aux soins.

Le MarSOINS est un ancien camion de la médecine du travail réaménagé afin de pouvoir proposer des consultations gratuites et ouvertes à tous. Il s’agit d’aller vers les personnes les plus éloignées du parcours de soins, afin de les accompagner et de les orienter vers les dispositifs et démarches adaptés, en vue d’un retour au droit commun.

Sentinelle de la santé et haut parleur des dispositifs d’aides qui existent, le MarSOINS a été créé suite à un diagnostic sanitaire et social faisant ressortir des besoins forts et des disparités d’accès aux soins importants en fonction des territoires, des CSP, des QPV, des niveaux d’informations…

Pour rappel :

  • 3 000 000 de personnes ne mobilisent pas leurs droits CMU-C et ACS.
  • 9 000 000 de personnes vivent avec moins de 900€ par mois, la santé est un des premiers postes de dépenses qui en fait les frais.
  • A Saint-Nazaire c’est 17.5% de la population qui vit avec -900€/mois.
  • La mortalité prématurée évitable est de 39% supérieur qu’au niveau national.

Dans ce contexte, l’équipe d’À vos soins, avec le MarSOINS, propose des dépistages dentaire, optique, auditif, des dépistages rapides VIH, des bilans de santé infirmiers, des infos contraception,… encadrés par des professionnels de santé. 

Presque 60 % des personnes dépistées sont réorientées vers un professionnel de santé de manière urgente ou non urgente.

Ce projet vise à accompagner le changement social en associant proximité, gratuité, mobilité, flexibilité et solidarité. De multiples acteurs se sont mobilisés autour de ce projet dont des entreprises locales, des mécènes, des collectivités locales, des associations partenaires.


Sur la thématique de la prévention du surpoids, du diabète et de l’obésité :

Le projet de télémédecine de Fenua MedEx a émergé suite à l’appel à candidature de l’hôtel Le Brando, structure hôtelière haut-de-gamme, qui cherchait une solution pour médicaliser l’atoll de Tetiaroa en juillet 2014. Alors que l’atoll ne possédait aucune structure médicale, Fenua MedEx a proposé à la direction de l’hôtel, un schéma organisationnel et logistique qui, depuis près de cinq ans, a confirmé la fiabilité et qualité de la télémédecine à destination des territoires enclavés.

Parallèlement à l’activité de télémédecine et en vue de renforcer son dispositif, Fenua MedEx, s’est attelé à encadrer le projet en faisant reconnaître, en juillet 2016 par le Ministère de la Santé de Polynésie française, le caractère de projet « pilote » de l’expérimentation de télémédecine sur l’atoll de Tetiaroa. Cette reconnaissance aboutira en juillet 2017 à la prise en charge des actes de télémédecine par la Caisse de Prévoyance Sociale, l’organisme de sécurité sociale de Polynésie française, ainsi que la mise en place d’un cadre législatif et réglementaire sur la télémédecine, respectivement en août 2017 et en janvier 2018, par les autorités polynésiennes.

La direction du groupe MedEx Polynésie, dont Fenua MedEx est une filiale, s’est attaché à améliorer la qualité des soins ainsi que le suivi des patients par le biais de la mise en œuvre de programmes de préventions primaires. Considérant que la prévalence du surpoids et du diabète en Polynésie française est un enjeu de santé publique de premier plan, une formation vise à familiariser les professionnels de santé aux enjeux de la prévention. Une formation est prodiguée en interne, par les médecins généralistes et spécialistes au personnel infirmier. Ces formations sont également l’opportunité d’établir un dialogue transversal et multidisciplinaire, autrement dit, une relation de confiance entre les médecins et les acteurs de terrains que sont les infirmiers.

La télémédecine nécessite une montée en compétence du personnel infirmier à travers l’établissement de protocoles et de délégations de tâches pour procéder aux examens nécessaires au dépistage du diabète que sont celui de l’hémoglobine glyquée, ou l’examen du fonds de l’œil avec l’aide d’un rétinographe.

Ainsi, le personnel infirmier présent sur site procède au dépistage des patients ayant franchi au seuil d’IMC. Cet examen est facilité par les protocoles mis en amont par les professionnels de santé entre eux. Dans le même sens, certains patients se voient prescrire une activité physique en collaboration avec les coachs sportifs travaillant au sein des structures hôtelières des sites. Conscient que l’avenir de notre système de santé se joue au niveau de la prévention, MedEx Polynésie œuvre en faveur de l’évolution du système vers d’avantage de prévention avec notamment, le déploiement d’un programme de suivi de malades chroniques aux îles Marquises par le biais de la télémédecine. L’objectif étant démontrer qu’il est possible de réaliser des économies de santé, et cela en améliorant la santé et le suivi des usagers du système.


Sur la thématique de la vaccination :

Fort de son expérience grâce à la participation de jeunes dans le cadre de projets tels que VIH POCKET FILMS ou encore SCENARIOS CONTRE UN VIRUS, le Crips IdF met en place un nouveau projet de prévention par les pairs.

L’objectif de ce projet est de créer une vidéo dans une démarche de prévention par les pairs afin de sensibiliser les jeunes aux infections sexuellement transmissibles(IST) et notamment aux infections à papillomavirus qui représentent l’IST la plus fréquente, touchant plus de 70% des hommes et des femmes sexuellement actifs au cours de leur vie. Elles sont acquises précocement au cours de la vie sexuelle, et dans 10 à 20 % des cas, elles sont responsables de pathologies diverses, cancéreuses ou non, ayant un impact important sur la santé des individus et la santé publique.[1][2][3][4]

En raison de la méconnaissance de cette IST, des maladies qu’elle peut provoquer, ainsi que des moyens de prévention disponibles, le Crips IdF a mis en place un projet pilote autour de cette thématique afin de sensibiliser la population et notamment les jeunes, via la création d’une vidéo sur les papillomavirus humains.

Pour ce faire, nous avons mis en place le projet dans cinq établissements volontaires d’Ile-de-France, afin de créer cette vidéo avec la participation d’un groupe d’élèves de chaque établissement.

[1] CNS-Avis suivi des recommandations sur la prévention et la prise en charge des IST chez les adolescents et les jeunes adultes – https://cns.sante.fr/rapports-et-avis/prise-en-charge-globale/avis-jeunes-2017/

[2] Papillomavirus humain (HPV) : comment ai-je attrapé ça ? N. Gavillon et al. / Gynécologie Obstétrique & Fertilité 38 (2010), pp 199–204

[3] Karly Louie et al, Papillomavirus humains (HPV) et cancers associés : aspects épidémiologiques, revue francophone des laboratoires, Sept-Oct 2008 – N°405, pp 27-34.

[4] Penises Not required : a systematic review of the potential Human Papillomavirus horizontal transmission that is non-sexual or does not include penile penetration, ZHIYUE Liu et al; Sexual health, Vol 13, 2015.